Le Groupe BOUYER LEROUX a finalisé l’acquisition du Groupe MAINE

Le Groupe BOUYER LEROUX et Financière MAINE sont parvenus à un accord pour l’acquisition du Groupe MAINE. Ce rachat s’inscrit dans le cadre de la stratégie de développement équilibré et durable du Groupe BOUYER LEROUX et il lui permettra de renforcer sa position de leader sur le marché des fermetures pour l’habitat.

Le Groupe BOUYER LEROUX et Financière MAINE sont parvenus à un accord pour l’acquisition du Groupe MAINE. Ce rachat s’inscrit dans le cadre de la stratégie de développement équilibré et durable du Groupe BOUYER LEROUX et il lui permettra de renforcer sa position de leader sur le marché des fermetures pour l’habitat.

Acteur majeur dans le domaine de l’extrusion thermoplastique et doté d’un outil industriel performant, le Groupe MAINE est spécialisé dans la conception et la fabrication de profilés thermoplastiques pour de multiples applications dont celles des marchés de la clôture, de la fermeture et de la rupture de pont thermique destinée aux industriels de la menuiserie.

Il s’est diversifié et dispose d’une large gamme de portails, clôtures, volets (battants, coulissants), persiennes, portes de garage… en aluminium et PVC pour les professionnels du bâtiment et le grand public.

Cette acquisition permet aussi aux Sociétés SOPROFEN, SPPF, FLO, spécialisées dans la fabrication de coffres de volets roulants, de screens et de portes de garage, d’enrichir leurs offres en termes de produits et services.

Les synergies entre ces dernières et le Groupe MAINE sont nombreuses : gammes complémentaires, innovantes et différenciées, destinées à la construction de logements neufs et à la rénovation, clientèles diversifiées, dispositifs industriels et logistiques performants et complémentaires, potentiel renforcé en matière de recherche et de développement et d’extrusion.

Le Groupe MAINE dont le siège est à Ambrières les Vallées dispose de 3 sites industriels (Ambrières les Vallées – 53, Le Mans – 72, Perrignier – 74), emploie plus de 220 salariés et a réalisé un chiffre d’affaires d’environ 32 millions d’euros en 2019.

L’intégration du Groupe MAINE, doté d’une forte culture de satisfaction du client et de qualité des produits, renforce le potentiel de croissance, d’innovation et la compétitivité du Métier des Fermetures pour l’Habitat du Groupe BOUYER LEROUX.

Dans le cadre de ce rachat, le Groupe BOUYER LEROUX a été accompagné par :

 

  • Conseil juridique pour l’acquisition : Bertrand COSTE – CVS
  • Conseil pour les audits d’acquisition :

    Julie HAEFLINGER et Julien BABONNEAU – BAKER TILLY STREGO

  • Conseil en Droit des sociétés : Sophie VASSAL – FIDAL

Conseil Fiscal : David LUCAS – KPMG Avocats

Groupe Bouyer Leroux, un programme de grande ampleur sur sa transition énergétique

Bouyer Leroux accélère sa transition énergétique et donne de la visibilité sur l’avancement de ce programme de grande ampleur  

Trois ans après avoir présenté sa stratégie de développement durable pour réduire l’impact carbone de son activité Terre Cuite, Bouyer Leroux dévoile pour certains de ses sites les actions déjà engagées ainsi que les investissements à venir.

Ce projet de transition énergétique, éminemment stratégique pour Bouyer Leroux, est soutenu par l’ADEME. Il permettra de passer de 40% d’énergie thermique d’origine biomasse – biogaz à 90% à horizon de 5 à 7 ans.

Trois ans après avoir présenté sa stratégie de développement durable pour réduire l’impact carbone de son activité Terre Cuite, Bouyer Leroux dévoile pour certains de ses sites les actions déjà engagées ainsi que les investissements à venir.
Ce projet de transition énergétique, éminemment stratégique pour Bouyer Leroux, est soutenu par l’ADEME. Il permettra de passer de 40% d’énergie thermique d’origine biomasse – biogaz à 90% à horizon de 5 à 7 ans.

Une démarche de développement durable pour un investissement global de 62 millions €


Le budget global de cette transition énergétique s’élève à 62 millions €, dont plus d’un quart a fait ou fera l’objet de demandes de subventions auprès de l’ADEME. « Il s’inscrit dans une logique d’économie circulaire et nous permettra de décarboner 90% de l’énergie thermique utilisée par nos usines et de réduire ainsi de 60% nos émissions de CO2 à horizon de 5 à 7 ans. Il fera de Bouyer Leroux une référence sans véritable équivalent dans l’industrie de la terre cuite en Europe » explique Roland Besnard, Président Directeur Général de la SCOP Bouyer Leroux

Alors que la nouvelle Réglementation Energétique 2020 a été entérinée et qu’elle sera appliquée à compter du 1er janvier 2022, que la Loi Climat Résilience est en cours de discussion à l’Assemblée Nationale, les projets de foyer biomasse à La Séguinière et de l’unité pilote de gazéification de Saint-Martin-des-Fontaines sont d’ores et déjà engagés.

Le budget d’investissement pour le foyer biomasse de La Séguinière est évalué à ce jour à 8 millions €, et une commande a été passée à la société VYNCKE pour l’étude et la réalisation de cet équipement qui sera alimenté par du bois issu de la collecte sur le département du Maine et Loire via le dispositif Eco-mobilier. Ce foyer permettra dès fin 2022 d’alimenter en air chaud tous les séchoirs de l’usine de La Séguinière.


L’unité pilote de gazéification développée avec la société NAODEN sera, quant à elle, opérationnelle en 2021 à Saint-Martin-des-Fontaines. Elle représente un budget d’investissement de 2.2 millions €. Elle fournira en syngaz (gaz pauvre fabriqué sur place selon un procédé de pyrolyse) une partie des brûleurs de l’avant feu d’un four. Ce projet pilote permettra aussi de valider cette technologie innovante qui pourra ensuite être déployée sur l’ensemble des sites pour toutes les zones de brûleurs d’avant feu.

Des études sont également bien avancées sur le site de Mably pour introduire du porosant dans le mélange d’argile mais aussi pour utiliser de la chaleur solaire thermique sur 6 mois (printemps et été) en complément de la cogénération utilisée actuellement (automne et hiver). Concernant le porosant, des essais ont été effectués et valident la capacité du process à accepter ce changement sans modification des performances de l’usine. Le nouveau process sera opérationnel en 2022. Pour la chaleur solaire thermique, des études sont en cours pour définir la meilleure façon d’utiliser cette énergie inépuisable et totalement décarbonée.

Le projet de modernisation et d’optimisation de l’outil de production de Gironde-sur-Dropt verra passer le site de deux lignes fonctionnant en semaine (3×8 en 110 heures) à une seule ligne fonctionnant en continu (5×8 en 160 heures). Cet investissement de 5,2 millions € permettra d’améliorer la sobriété énergétique du site de 20%. Ce projet a été sélectionné comme lauréat de l’appel à projets « Efficacité énergétique des procédés et des utilités dans l’industrie » et bénéficie d’un soutien de France Relance.


Bouyer Leroux a engagé l’étude de 2 projets d’usines à sciure pour alimenter les fours de ces 2 sites.


Une démarche engagée pour tous, le climat et les générations futures
Cette transition énergétique permettra à Bouyer Leroux de relever les défis de la quasi-neutralité carbone, de la modernisation de ses outils de production et de l’attractivité de son offre. Elle constituera aussi une opportunité pour l’amélioration de ses performances et de la qualité de ses produits, des conditions de travail et de la sécurité, enfin pour le renforcement de la compétitivité et de l’image de la SCOP à long terme.

« En parallèle à ce programme, Bouyer Leroux souhaite rappeler que la première économie d’énergie comme de matière première est évidemment celle que nous ne consommons pas. Elle résulte de la conception des produits, de la formation, et de la qualité du travail des collaborateurs et collaboratrices au quotidien pour améliorer la qualité, pour réduire les déchets et les temps d’arrêt, et de l’utilisation optimale de l’outil de production» souligne Roland Besnard et conclut « Je suis convaincu que notre projet est le bon parce qu’il est cohérent, planifié, ressourcé et rentable, et qu’il répond aux défis que notre industrie, notre société coopérative, nos salariés-sociétaires et nos clients doivent relever à long terme. Il est raisonnablement ambitieux, innovant, conforme à nos valeurs et porteur d’avenir, et il permettra à Bouyer Leroux d’être leader, durablement, rentablement et différemment. La transition énergétique est notre présent et sera notre avenir. »

Bouyer Leroux, la nouvelle tuile canal’di

Pour préserver les terroirs, architectes et ABF (Architectes des bâtiments de France) souhaitent des tuiles avec un aspect parfaitement traditionnel. Les couvreurs, quant à eux, se tournent vers un produit qui puisse respecter le style esthétique des toits anciens tout en étant confortable à poser et utilisable sur une grande variété de pentes. « Grâce à son système innovant de blocage invisible, la tuile canal’di assure une très bonne accroche des produits, inapparente depuis l’extérieur » explique Antoine Cellier, directeur marketing. 

« Ainsi l’esthétique de la toiture est identique à celle d’une tuile canal traditionnelle et son maintien fiable tel celui d’une tuile à blocage ».

Il a fallu deux ans de recherche au service R&D Bouyer Leroux pour créer ce système de blocage invisible : les tuiles de chapeau sont bloquées sur les tuiles de courant. L‘accroche est masquée sous le recouvrement de la tuile. Fonctionnelle et esthétique, la tuile canal’di garantit une facilité de mise en œuvre pour les couvreurs.


Les atouts de la tuile canal’di

– tuile canal traditionnelle avec un système de blocage invisible
– confort de pose et esthétique
– pose sur liteaux ou voliges
– extraction de l’argile et fabrication françaises (85)
– tuile sous ATEx n° 2810_V1.

 

La tuile canal’di, qui confère une identité visuelle remarquable, complète la gamme de tuiles canals. Elle va permettre aux villages et aux demeures de style de préserver leur patrimoine et de garder cet aspect de terroir tout en alliant une fiabilité de maintien.

La tuile canal’di est commercialisée par Bouyer Leroux sur la France entière.

                                                    

Le Groupe BOUYER LEROUX a remis une offre à Financière MAINE et engagé des négociations exclusives pour l’acquisition du Groupe MAINE

Dans le cadre de sa stratégie de développement équilibré et durable, le Groupe BOUYER LEROUX a remis une offre pour l’acquisition du Groupe MAINE, dont la concrétisation fera de son Métier Fermetures pour l’habitat un leader sur le marché français.

Acteur majeur dans le domaine de l’extrusion thermoplastique et doté d’un outil industriel performant, le Groupe MAINE est spécialisé dans la conception et la fabrication de profilés thermoplastiques pour de multiples applications dont celles des marchés de la clôture, de la
fermeture et de la rupture de pont thermique destinée aux industriels de la menuiserie.
Il s’est diversifié et dispose d’une large gamme de portails, clôtures, volets (battants, coulissants), persiennes, portes de garage… en aluminium et PVC pour les professionnels du bâtiment et le grand public.
Cette acquisition permettra aussi aux Sociétés SOPROFEN, SPPF, FLO, spécialisées dans la fabrication de coffres de volets roulants, de screens et de portes de garage, d’enrichir leurs offres en termes de produits et services.
Les synergies entre ces dernières et le Groupe MAINE sont nombreuses : gammes complémentaires, innovantes et différenciées, destinées à la construction de logements neufs et à la rénovation, clientèles diversifiées, dispositifs industriels et logistiques performants et
complémentaires, potentiel renforcé en matière de recherche et de développement et d’extrusion.
Le Groupe MAINE dont le siège est à Ambrières les Vallées dispose de 3 sites industriels (Ambrières les Vallées – 53, Le Mans – 72, Perrignier – 74), emploie plus de 220 salariés et a réalisé un chiffre d’affaires d’environ 32 millions d’euros en 2019.
L’intégration du Groupe MAINE, doté d’une forte culture de satisfaction du client et de qualité des produits, renforcera le potentiel de croissance, d’innovation et la compétitivité du Métier des Fermetures pour l’Habitat du Groupe BOUYER LEROUX.
Financière MAINE examine actuellement l’offre qui lui a été remise.
Le projet devrait aboutir dans le courant du 1 er quadrimestre de l’année 2021.

Groupe Bouyer Leroux : une ambitieuse stratégie industrielle basée sur les synergies entre les filiales et sur le développement durable & énergétique

En 40 ans, l’entreprise familiale Bouyer Leroux, dont le siège est à la Séguinière (49), est devenue la 2ème coopérative industrielle de France et
la 5ème en nombre de sociétaires avec ses 550 salariés sociétaires.

Le groupe Bouyer Leroux compte, aujourd’hui, 1500 collaborateurs dont 650 en Pays de la Loire. Il dispose de 26 sites industriels et réalise un chiffre d’affaires de 350 millions d’euros (clos fin septembre 2020). Le siège social est à la Séguinière (49) et le restera.

bio’bric s’organise avec ses partenaires pour accompagner et faciliter la reprise du marché

« On a vécu et on vit encore une période exceptionnelle. Même si le marché connait une période d’incertitude, la société Bouyer Leroux est aujourd’hui pleinement opérationnelle pour y faire face auprès de l’ensemble de ses clients (professionnels de la distribution, entreprises de maçonnerie, plâtriers plaquistes, couvreurs, constructeurs et promoteurs) grâce à ses équipes techniques et commerciales qui se sont adaptées aux nouvelles contraintes » révèle Pierre-Alexandre Cheminel directeur marketing et commercial.

« On a vécu et on vit encore une période exceptionnelle. Même si le marché connait une période d’incertitude, la société Bouyer Leroux est aujourd’hui pleinement opérationnelle pour y faire face auprès de l’ensemble de ses clients (professionnels de la distribution, entreprises de maçonnerie, plâtriers plaquistes, couvreurs, constructeurs et promoteurs) grâce à ses équipes techniques et commerciales qui se sont adaptées aux nouvelles contraintes » révèle Pierre-Alexandre Cheminel directeur marketing et commercial.

Une écoute du marché renforcée pour ajuster la production sur les besoins des clients

Jusqu’à cet été, la société Bouyer Leroux s’attend à des variations d’activités sur des cycles très courts. L’objectif pour ses équipes est plus que jamais de s’adapter aux besoins de ses clients. Il y a encore une interrogation concernant le mois d’août qui traditionnellement est un mois plus faible en activité pour le bâtiment. « Les entreprises maintiendront-elles leur activité pour rattraper les retards dus aux mois de mars et avril ? Optimiseront-elles leurs chantiers avant d’entrer dans la saison d’hiver ? Il y a encore des inconnues. Nous avons anticipé plusieurs scénarios pour faciliter cette reprise et d’ores et déjà, acquis de nouvelles manières de travailler » confie Pierre-Alexandre Cheminel.

Un plan d’actions spécifique pour mieux s’adapter

Optimisation du stock, souplesse de la production et réactivité des équipes techniques et commerciales bio’bric sont les trois conditions pour répondre aux contraintes liées à la gestion du Covid-19 sur les chantiers et pour aider ces derniers à repartir au plus vite et efficacement.

« Le bon partenaire en temps de crise est celui qui sait être à l’écoute du marché et adapter sans cesse son organisation pour répondre aux besoins de ses clients » souligne Pierre-Alexandre Cheminel.  « Pour nous assurer que nous serions bien en mesure de le faire, nous nous sommes attachés à lever au sein de nos processus l’ensemble des risques potentiels liés à la situation d’incertitude que nous vivons ».

 -> un dispositif industriel flexible pour pouvoir approvisionner les chantiers sur l’ensemble du territoire et éviter toute rupture de produits

Bouyer Leroux a aujourd’hui un stock qui permet de construire 9 000 logements (5 000 maisons, 4 000 logements collectifs), soit l’équivalent d’une ville de 20 000 habitants.

Ce stock est en cours de renforcement, avec l’objectif de couvrir 3 mois de ventes à fin juillet. De plus, Bouyer Leroux a la capacité d’augmenter rapidement et significativement sa production dans l’hypothèse d’un rattrapage d’activité dans les prochains mois.

Grâce à une chaîne d’approvisionnement 100% locale et en propriété, la disponibilité de la matière première, l’argile, n’est pas un sujet pour la brique. Bouyer Leroux dispose en effet de plus de 30 années de réserves d’argile. Un volume équivalent à plus de 6 mois de fabrication est déjà extrait et prêt à l’emploi.

Le dispositif industriel composé de 9 usines idéalement situées en France permet de pallier l’éventualité d’un isolement de certaines régions dans le cas d’une deuxième vague. Un plan de substitution est déjà prévu en ce sens.

Enfin, le panel de transporteurs partenaires de Bouyer Leroux a été évalué et permettra ainsi de répondre à la demande.

-> accompagner les clients 

Dans ce contexte de profonde transformation, notamment digitale, la direction marketing et commerciale bio’bric a rapidement mis en place des solutions en modifiant l’organisation de ses équipes techniques et commerciales, et en les formant.

Les maîtres mots : bonnes pratiques et adaptabilité 

Les équipes techniques et commerciales bio’bric, doivent aussi s’adapter pour continuer à être aux côtés de leurs clients et de leurs partenaires, et les accompagner aux mieux en leur proposant de nouveaux services :

  • Développement du digital et de la visio-conférence.

Pour accompagner le protocole sanitaire des clients qui demande de limiter au maximum les rendez-vous physiques, les commerciaux peuvent désormais entrer en contact avec eux par visio-conférence (100% des commerciaux sont équipés). Cela change la conduite des entretiens. Il faut en peu de temps être pertinent en proposant le service le mieux adapté au besoin du client. Pour accompagner ce changement dans les pratiques et le discours commercial, 600 heures de formation des commerciaux ont été programmées en mai.

  • Des tutoriels ont été créés pour la mise en œuvre des produits. Difficile de se rendre sur tous les chantiers actuellement, c’est pourquoi plusieurs vidéos courtes et explicites sont mises à la disposition des équipes techniques et commerciales.
  • Des supports de communication adaptés aux besoins actuels des entreprises. Ainsi, une fiche montrant que la brique collée est un système compatible avec les gestes barrières a été mise à disposition des entreprises. Ces dernières peuvent intégrer ces préconisations dans leur propre protocole de reprise sanitaire.

Une offre pertinente dans le contexte actuel 

Compte tenu des surcoûts liés à l’instauration des mesures sanitaires sur les chantiers face au coronavirus, les promoteurs et constructeurs de maisons individuelles sont, aujourd’hui, en recherche de produits compétitifs qui offrent les performances thermiques, acoustiques et mécaniques attendues.

Les nouvelles solutions, telles que la colle fix’bric et la planelle supeRmax, commercialisées par Bouyer Leroux répondent à ces critères.

  • En maison individuelle, les constructeurs cherchent à raccourcir leur temps de chantiers pour rattraper les retards. fix’bric, la colle prête à l’emploi pour la bgv20, est une solution qui permet de gagner jusqu’à 1h30 par jour et par chantier ! Elle remporte un franc succès auprès des constructeurs et maçons. Maison France Confort, membre du groupe Hexaom, vient de l’adopter sur la région Midi-Pyrénées et la déploie actuellement en Île-de-France.
  • En collectif : la solution brique répond parfaitement aux attentes du marché.

Ainsi, pour compenser une partie des frais générés par la mise en application des gestes barrières sur chantiers, la solution brique très économique présente un intérêt certain pour les promoteurs qui ne travaillent pas encore avec ce système constructif qui a fait ses preuves. Selon la dernière étude Batiétude, la brique détenait en effet 27% de parts de marché dans le collectif en 2018.

Les promoteurs qui font déjà confiance à la brique sont confortés dans leur choix. Non seulement la solution brique est économique mais elle est aussi très pertinente thermiquement. Par exemple, l’association de la planelle supeRmax (résistance thermique de 1,7 m².K/W) et la brique bgv’costo optimise la performance de l’enveloppe du bâtiment tout en maîtrisant les coûts. Plus largement, le Pack Collectif bio’bric, qui associe des briques isolantes à des accessoires pour traiter de manière optimale les ponts thermiques, permet aux promoteurs de proposer plus facilement à leurs clients des espaces extérieurs tels que les balcons et terrasses qui devraient être plébiscités après cette période de confinement.

 

retrouvez la précédente actualité de Bouyer Leroux, sur le lancement de la nouvelle planelle thermique supeRmax.

Lancement de la nouvelle planelle thermique supeRmax, la plus performante du marché

Véritables points froids des maisons et encore plus des bâtiments à étages, les liaisons des planchers avec la façade nécessitent un traitement performant pour éviter les déperditions d’énergie. Avec cette nouvelle planelle supeRmax, bio’bric offre LA solution la plus performante du marché pour les planelles de plancher en terre cuite grâce à sa résistance thermique de 1,7 m².K/W.

Véritables points froids des maisons et encore plus des bâtiments à étages, les liaisons des planchers avec la façade nécessitent un traitement performant pour éviter les déperditions d’énergie. Avec cette nouvelle planelle supeRmax, bio’bric offre LA solution la plus performante du marché pour les planelles de plancher en terre cuite grâce à sa résistance thermique de 1,7 m².K/W.

Disponible en hauteurs de 20 et 25 cm, la planelle supeRmax vient compléter la gamme existante de 4 planelles bio’bric : (planelles 2A et 3A, planelle Rmax et Rmax+).

Le + pour les logements collectifs

Combinée à la brique de 20 cm la plus isolante, la bgv’costo th+ (R=1,5 m2.K/W), elle offre
ainsi LA solution d’excellence pour la construction de bâtiment à étages :
Ψ L9 = 0,26 W/m².K en plancher béton

La planelle supeRmax s’utilise avec les briques de 20 et 25 cm en zones non sismiques* ou avec la bgv’S25 en zones sismiques.
Caractéristiques techniques et tarif grand public conseillé HT :
Modèle Dimensions
(L x I x ht) en mm Poids
en kg Qté/pal Prix unitaire HT
supeRmax
600 x 65 x 200
600 x 65 x 250 4,3
5,2 80
80 9,02 €
10,37 €

Date de commercialisation : février 2020

* Zones de sismicité 1 et 2 pour les bâtiments de catégorie d’importance II (dont maisons individuelles et bâtiments collectifs jusqu’à 28 m).

 

Retrouvez la précédente actualité de Bouyer Leroux avec le communiqué sur fix’bric, la colle prête à l’emploi pour brique bg20

fix’bric, une colle prête à l’emploi pour brique bgv20 en maison individuelle

fix’bric, est un liant polymère prêt à l’emploi pour l’assemblage durable des briques de la gamme bgv20 (briques et accessoires) pour la réalisation de maisons individuelles jusque R+1+ combles situées en régions sismiques 1 et 2.

fix’bric, est un liant polymère prêt à l’emploi pour l’assemblage durable des briques de la gamme bgv20 (briques et accessoires) pour la réalisation de maisons individuelles jusque R+1+ combles situées en régions sismiques 1 et 2.

LES + PRODUITS

  • fix’bric est rapide à mettre en œuvre : ne nécessite pas de préparation de mortier et ne requière pas le nettoyage d’outils
  • Elle peut être utilisée en zones exposées au vent fort et par forte chaleur
  • Son application est simplifiée grâce à la canule et à l’absence de joints verticaux*
  • Elle garantit une maçonnerie solide et fiable dans le temps
  • fix’bric réduit significativement les poids manutentionnés : 10 kg de fix’bric pour une
    maison de 140 m² contre 10 tonnes de mortier traditionnel.
  • Le chantier reste propre
  • fix’bric génère peu de déchets
  • Poches vides
    (volumes de déchets pour une maison de 140 m2)
  • La santé des poseurs est préservée.

* Informations sur le niveau d’émissions de substances volatiles dans l’air intérieur, présentant un risque de toxicité
par inhalation, sur une échelle de classe allant de A+ (très faibles émissions à C (fortes émissions).

* En région sismique, si la maison est éligible aux règles PS-MI, il faut vérifier les longueurs des
murs de contreventement en se référant à l’AT fix’bric 16/18-766-V1. Sinon il convient de faire
vérifier et dimensionner par le calcul d’un bureau d’études structure.

MISE EN OEUVRE

fix’bric doit être mise en œuvre exclusivement sur la gamme de briques rectifiées bgv20. Afin d’assurer la planéité et l’horizontalité requises du premier rang de briques, ces dernières sont
montées sur une arase d’assise conformément aux prescriptions du DTU 20.1 relatives aux
maçonneries à joints minces. Les rangs suivants sont montés au fix’bric.

Le collage se fait par la dépose de deux cordons de colle à l’aide du pistolet applicateur.

CARACTÉRISTIQUES TECHNIQUES
La colle est disponible en poches de 600 ml pour une application au pistolet fix’bric. Pour une meilleure ergonomie, il est recommandé d’utiliser un pistolet électrique.
Conditionnement poches 600 ml : 12/carton + 12 embouts.

PRIX CONSEILLÉS HT :
Conditionnement Prix public HT 2020
Poche fix’bric 600 ml 12 u /carton 23,95 € l’unité
Pistolet pour poche fix’bric 600 ml Unité 66,96 € l’unité

fix’bric est vendu chez les négociants en matériaux.

Groupe Bouyer Leroux a finalisé l’achat du Groupe Panaget

Dans le cadre du déploiement de sa stratégie de développement durable de ses activités, le Groupe BOUYER LEROUX a finalisé, aujourd’hui 30 septembre, l’acquisition de 100% des titres de la Société MFP SAS, société holding détenant le Groupe PANAGET qui compte 2 filiales (PANAGET SAS, SAS Chêne de l’Orne) en France ainsi qu’une filiale aux Etats-Unis (PANAGET USA Inc.).

Dans le cadre du déploiement de sa stratégie de développement durable de ses activités, le Groupe BOUYER LEROUX a finalisé, aujourd’hui 30 septembre, l’acquisition de 100% des titres de la Société MFP SAS, société holding détenant le Groupe PANAGET qui compte 2 filiales (PANAGET SAS, SAS Chêne de l’Orne) en France ainsi qu’une filiale aux Etats-Unis (PANAGET USA Inc.).

Originaire de l’ouest de la France, le Groupe PANAGET, leader sur le marché français du parquet contrecollé, dispose de 2 sites industriels (Bourgbarré et Redon-35). Il fabrique et commercialise une large gamme de parquets en chêne d’origine française et de bois mural via des réseaux de négoces, des magasins spécialisés, des GSS et GSB, ainsi que des spécialistes du revêtement de sol. Il emploie 150 collaboratrices et collaborateurs et devrait réaliser un chiffre d’affaires de 28 millions d’euros en 2019 dont près de 20% à l’export.

 

Le Groupe BOUYER LEROUX, N°1 français des matériaux de construction en terre cuite (briques de murs et de cloisons, conduits de cheminée, tuiles et faîtières) et des volets roulants (blocs baies), a pour origine la SCOP Bouyer Leroux qui est la 2ème plus grande SCOP industrielle de France, et est aujourd’hui organisé autour de 4 pôles*. Il poursuit une stratégie de développement durable de ses activités, et ambitionne de porter la part d’énergie non fossile (biomasse, biogaz, photovoltaïque) de 50% à 90% à moyen terme. Il emploie  1350 collaboratrices et collaborateurs, dispose de 23 sites industriels et devrait réaliser un chiffre d’affaires de 320 millions d’euros en 2019 dont environ 5% à l’export.

 

 * la fabrication de matériaux de construction en terre cuite (Société Bouyer Leroux ; 9 usines dédiées à la production des briques et solutions constructives bio’bric et de tuiles Tégula), la fabrication de fermetures et coffres de volets roulants pour l’habitat (Sociétés SPPF, 1 usine ; Fermetures Loire Océan, 1 usine ; SOPROFEN et TBS ; 7 usines dont 2 en Belgique), la fabrication de produits béton (Société Robert  THEBAULT ; 3 usines), la valorisation énergétique (BOUYER LEROUX Environnement ; 2 sites).

 

Cette acquisition s’inscrit parfaitement dans la stratégie de développement équilibré et durable du Groupe BOUYER LEROUX. Elle lui permet de renforcer son offre de solutions éco-performantes, de devenir un acteur majeur de l’économie circulaire, de se développer dans l’aménagement intérieur des bâtiments et de porter la part de la rénovation à 45% de son chiffre d’affaires.

 

Les objectifs du Groupe BOUYER LEROUX sont :

  • de renforcer le leadership de la marque PANAGET sur les marchés des bâtiments résidentiels et non résidentiels en France grâce à la qualité de son offre, et à la prescription auprès des maîtres d’ouvrage et maîtres d’œuvre en synergie avec les sociétés du Groupe BOUYER LEROUX ;
  • d’accélérer le développement à l’international du Groupe PANAGET ;
  • d’enrichir les gammes de produits et de services grâce à la collaboration des équipes marketing, R&D, logistiques et informatiques des différentes sociétés du groupe en France et en Europe ;
  • de poursuivre la modernisation des outils de production engagée par le Groupe PANAGET et d’améliorer les processus de fabrication pour garantir la qualité des produits et services, et de répondre aux enjeux futurs en matière de développement durable, de qualité de l’air intérieur ;
  • de garantir l’approvisionnement en matières premières du Groupe PANAGET par une stratégie d’approvisionnement voire d’acquisition de massifs forestiers en lien avec la stratégie de développement durable du Groupe BOUYER LEROUX ;
  • de développer des synergies d’achat et techniques entre les sociétés Bouyer Leroux et Panaget ;
  • de s’appuyer sur le management en place pour consolider la notoriété des marques et la culture d’entreprise pour fédérer autour de valeurs humaines et professionnelles, et favoriser l’engagement des collaboratrices et collaborateurs dans un projet porteur d’avenir pour le Groupe PANAGET.

 

Le Groupe BOUYER LEROUX et le Groupe PANAGET dont les cultures d’entreprises sont proches, se réjouissent de cette opération qui leur permettra d’offrir à leurs clients des solutions globales, originales et performantes, pour la construction et la rénovation de bâtiments résidentiels et non résidentiels éco-performants.

 

Le Groupe BOUYER LEROUX a finalisé l’acquisition de SOPROFEN

Le Groupe BOUYER LEROUX a finalisé, vendredi 12 octobre 2018, l’acquisition de SOPROFEN auprès du Groupe ATRYA, et accède ainsi à une position de leader sur les marchés du volet roulant en France et en Belgique.

SOPROFEN, qui dispose de 9 sites (7 en France ; 2 en Belgique), est l’un des principaux acteurs du marché français du volet roulant résidentiel, de la porte de garage et d’autres équipements d’extérieur. Elle emploie plus de 400 salariés et devrait réaliser un chiffre d’affaires d’environ 120 millions d’euros en 2018.

Les synergies industrielles, en matière de R&D et d’achat, entre les filiales du Groupe BOUYER LEROUX (SPPF, FLO) et SOPROFEN sont nombreuses et leur permettront de relever les défis majeurs de l’innovation, la digitalisation et la compétitivité de l’offre, la transition énergétique.

Grâce à cette acquisition, le Groupe BOUYER LEROUX diversifiera ses clientèles en maintenant une véritable concurrence commerciale entre SPPF, FLO et SOPROFEN, qui resteront des sociétés autonomes sur les plans managériaux, industriels et commerciaux.

À propos du Groupe BOUYER LEROUX

N°1 français des matériaux de construction en terre cuite (briques de murs et de cloisons, conduits de cheminée, tuiles et faîtières),  est organisé autour de 4 pôles*.

2ème SCOP industrielle de France.

Le Groupe s’est développé par croissance organique et croissance externe pour devenir un acteur industriel reconnu pour la qualité et l’originalité de son offre de solutions destinées à la construction, la rénovation et l’amélioration de bâtiments éco-performants.

Avant l’acquisition de SOPROFEN, le Groupe employait 900 collaborateurs et devrait réaliser un chiffre d’affaires d’environ 200 millions d’euros en 2018.

*La fabrication de matériaux de construction en terre cuite (SCOP Bouyer Leroux ; 9 usines), la fabrication de fermetures et coffres de volets roulants pour l‘habitat (Société SPPF et Fermetures Loire Océan), la fabrication de produits béton (Société Robert  THEBAULT ; 3 usines), la valorisation des déchets et la production de biogaz (Bouyer Leroux Environnement).

 

Dernières actualités presse !