bio’bric s’organise avec ses partenaires pour accompagner et faciliter la reprise du marché

« On a vécu et on vit encore une période exceptionnelle. Même si le marché connait une période d’incertitude, la société Bouyer Leroux est aujourd’hui pleinement opérationnelle pour y faire face auprès de l’ensemble de ses clients (professionnels de la distribution, entreprises de maçonnerie, plâtriers plaquistes, couvreurs, constructeurs et promoteurs) grâce à ses équipes techniques et commerciales qui se sont adaptées aux nouvelles contraintes » révèle Pierre-Alexandre Cheminel directeur marketing et commercial.

« On a vécu et on vit encore une période exceptionnelle. Même si le marché connait une période d’incertitude, la société Bouyer Leroux est aujourd’hui pleinement opérationnelle pour y faire face auprès de l’ensemble de ses clients (professionnels de la distribution, entreprises de maçonnerie, plâtriers plaquistes, couvreurs, constructeurs et promoteurs) grâce à ses équipes techniques et commerciales qui se sont adaptées aux nouvelles contraintes » révèle Pierre-Alexandre Cheminel directeur marketing et commercial.

Une écoute du marché renforcée pour ajuster la production sur les besoins des clients

Jusqu’à cet été, la société Bouyer Leroux s’attend à des variations d’activités sur des cycles très courts. L’objectif pour ses équipes est plus que jamais de s’adapter aux besoins de ses clients. Il y a encore une interrogation concernant le mois d’août qui traditionnellement est un mois plus faible en activité pour le bâtiment. « Les entreprises maintiendront-elles leur activité pour rattraper les retards dus aux mois de mars et avril ? Optimiseront-elles leurs chantiers avant d’entrer dans la saison d’hiver ? Il y a encore des inconnues. Nous avons anticipé plusieurs scénarios pour faciliter cette reprise et d’ores et déjà, acquis de nouvelles manières de travailler » confie Pierre-Alexandre Cheminel.

Un plan d’actions spécifique pour mieux s’adapter

Optimisation du stock, souplesse de la production et réactivité des équipes techniques et commerciales bio’bric sont les trois conditions pour répondre aux contraintes liées à la gestion du Covid-19 sur les chantiers et pour aider ces derniers à repartir au plus vite et efficacement.

« Le bon partenaire en temps de crise est celui qui sait être à l’écoute du marché et adapter sans cesse son organisation pour répondre aux besoins de ses clients » souligne Pierre-Alexandre Cheminel.  « Pour nous assurer que nous serions bien en mesure de le faire, nous nous sommes attachés à lever au sein de nos processus l’ensemble des risques potentiels liés à la situation d’incertitude que nous vivons ».

 -> un dispositif industriel flexible pour pouvoir approvisionner les chantiers sur l’ensemble du territoire et éviter toute rupture de produits

Bouyer Leroux a aujourd’hui un stock qui permet de construire 9 000 logements (5 000 maisons, 4 000 logements collectifs), soit l’équivalent d’une ville de 20 000 habitants.

Ce stock est en cours de renforcement, avec l’objectif de couvrir 3 mois de ventes à fin juillet. De plus, Bouyer Leroux a la capacité d’augmenter rapidement et significativement sa production dans l’hypothèse d’un rattrapage d’activité dans les prochains mois.

Grâce à une chaîne d’approvisionnement 100% locale et en propriété, la disponibilité de la matière première, l’argile, n’est pas un sujet pour la brique. Bouyer Leroux dispose en effet de plus de 30 années de réserves d’argile. Un volume équivalent à plus de 6 mois de fabrication est déjà extrait et prêt à l’emploi.

Le dispositif industriel composé de 9 usines idéalement situées en France permet de pallier l’éventualité d’un isolement de certaines régions dans le cas d’une deuxième vague. Un plan de substitution est déjà prévu en ce sens.

Enfin, le panel de transporteurs partenaires de Bouyer Leroux a été évalué et permettra ainsi de répondre à la demande.

-> accompagner les clients 

Dans ce contexte de profonde transformation, notamment digitale, la direction marketing et commerciale bio’bric a rapidement mis en place des solutions en modifiant l’organisation de ses équipes techniques et commerciales, et en les formant.

Les maîtres mots : bonnes pratiques et adaptabilité 

Les équipes techniques et commerciales bio’bric, doivent aussi s’adapter pour continuer à être aux côtés de leurs clients et de leurs partenaires, et les accompagner aux mieux en leur proposant de nouveaux services :

  • Développement du digital et de la visio-conférence.

Pour accompagner le protocole sanitaire des clients qui demande de limiter au maximum les rendez-vous physiques, les commerciaux peuvent désormais entrer en contact avec eux par visio-conférence (100% des commerciaux sont équipés). Cela change la conduite des entretiens. Il faut en peu de temps être pertinent en proposant le service le mieux adapté au besoin du client. Pour accompagner ce changement dans les pratiques et le discours commercial, 600 heures de formation des commerciaux ont été programmées en mai.

  • Des tutoriels ont été créés pour la mise en œuvre des produits. Difficile de se rendre sur tous les chantiers actuellement, c’est pourquoi plusieurs vidéos courtes et explicites sont mises à la disposition des équipes techniques et commerciales.
  • Des supports de communication adaptés aux besoins actuels des entreprises. Ainsi, une fiche montrant que la brique collée est un système compatible avec les gestes barrières a été mise à disposition des entreprises. Ces dernières peuvent intégrer ces préconisations dans leur propre protocole de reprise sanitaire.

Une offre pertinente dans le contexte actuel 

Compte tenu des surcoûts liés à l’instauration des mesures sanitaires sur les chantiers face au coronavirus, les promoteurs et constructeurs de maisons individuelles sont, aujourd’hui, en recherche de produits compétitifs qui offrent les performances thermiques, acoustiques et mécaniques attendues.

Les nouvelles solutions, telles que la colle fix’bric et la planelle supeRmax, commercialisées par Bouyer Leroux répondent à ces critères.

  • En maison individuelle, les constructeurs cherchent à raccourcir leur temps de chantiers pour rattraper les retards. fix’bric, la colle prête à l’emploi pour la bgv20, est une solution qui permet de gagner jusqu’à 1h30 par jour et par chantier ! Elle remporte un franc succès auprès des constructeurs et maçons. Maison France Confort, membre du groupe Hexaom, vient de l’adopter sur la région Midi-Pyrénées et la déploie actuellement en Île-de-France.
  • En collectif : la solution brique répond parfaitement aux attentes du marché.

Ainsi, pour compenser une partie des frais générés par la mise en application des gestes barrières sur chantiers, la solution brique très économique présente un intérêt certain pour les promoteurs qui ne travaillent pas encore avec ce système constructif qui a fait ses preuves. Selon la dernière étude Batiétude, la brique détenait en effet 27% de parts de marché dans le collectif en 2018.

Les promoteurs qui font déjà confiance à la brique sont confortés dans leur choix. Non seulement la solution brique est économique mais elle est aussi très pertinente thermiquement. Par exemple, l’association de la planelle supeRmax (résistance thermique de 1,7 m².K/W) et la brique bgv’costo optimise la performance de l’enveloppe du bâtiment tout en maîtrisant les coûts. Plus largement, le Pack Collectif bio’bric, qui associe des briques isolantes à des accessoires pour traiter de manière optimale les ponts thermiques, permet aux promoteurs de proposer plus facilement à leurs clients des espaces extérieurs tels que les balcons et terrasses qui devraient être plébiscités après cette période de confinement.

 

retrouvez la précédente actualité de Bouyer Leroux, sur le lancement de la nouvelle planelle thermique supeRmax.

Lancement de la nouvelle planelle thermique supeRmax, la plus performante du marché

Véritables points froids des maisons et encore plus des bâtiments à étages, les liaisons des planchers avec la façade nécessitent un traitement performant pour éviter les déperditions d’énergie. Avec cette nouvelle planelle supeRmax, bio’bric offre LA solution la plus performante du marché pour les planelles de plancher en terre cuite grâce à sa résistance thermique de 1,7 m².K/W.

Véritables points froids des maisons et encore plus des bâtiments à étages, les liaisons des planchers avec la façade nécessitent un traitement performant pour éviter les déperditions d’énergie. Avec cette nouvelle planelle supeRmax, bio’bric offre LA solution la plus performante du marché pour les planelles de plancher en terre cuite grâce à sa résistance thermique de 1,7 m².K/W.

Disponible en hauteurs de 20 et 25 cm, la planelle supeRmax vient compléter la gamme existante de 4 planelles bio’bric : (planelles 2A et 3A, planelle Rmax et Rmax+).

Le + pour les logements collectifs

Combinée à la brique de 20 cm la plus isolante, la bgv’costo th+ (R=1,5 m2.K/W), elle offre
ainsi LA solution d’excellence pour la construction de bâtiment à étages :
Ψ L9 = 0,26 W/m².K en plancher béton

La planelle supeRmax s’utilise avec les briques de 20 et 25 cm en zones non sismiques* ou avec la bgv’S25 en zones sismiques.
Caractéristiques techniques et tarif grand public conseillé HT :
Modèle Dimensions
(L x I x ht) en mm Poids
en kg Qté/pal Prix unitaire HT
supeRmax
600 x 65 x 200
600 x 65 x 250 4,3
5,2 80
80 9,02 €
10,37 €

Date de commercialisation : février 2020

* Zones de sismicité 1 et 2 pour les bâtiments de catégorie d’importance II (dont maisons individuelles et bâtiments collectifs jusqu’à 28 m).

 

Retrouvez la précédente actualité de Bouyer Leroux avec le communiqué sur fix’bric, la colle prête à l’emploi pour brique bg20

fix’bric, une colle prête à l’emploi pour brique bgv20 en maison individuelle

fix’bric, est un liant polymère prêt à l’emploi pour l’assemblage durable des briques de la gamme bgv20 (briques et accessoires) pour la réalisation de maisons individuelles jusque R+1+ combles situées en régions sismiques 1 et 2.

fix’bric, est un liant polymère prêt à l’emploi pour l’assemblage durable des briques de la gamme bgv20 (briques et accessoires) pour la réalisation de maisons individuelles jusque R+1+ combles situées en régions sismiques 1 et 2.

LES + PRODUITS

  • fix’bric est rapide à mettre en œuvre : ne nécessite pas de préparation de mortier et ne requière pas le nettoyage d’outils
  • Elle peut être utilisée en zones exposées au vent fort et par forte chaleur
  • Son application est simplifiée grâce à la canule et à l’absence de joints verticaux*
  • Elle garantit une maçonnerie solide et fiable dans le temps
  • fix’bric réduit significativement les poids manutentionnés : 10 kg de fix’bric pour une
    maison de 140 m² contre 10 tonnes de mortier traditionnel.
  • Le chantier reste propre
  • fix’bric génère peu de déchets
  • Poches vides
    (volumes de déchets pour une maison de 140 m2)
  • La santé des poseurs est préservée.

* Informations sur le niveau d’émissions de substances volatiles dans l’air intérieur, présentant un risque de toxicité
par inhalation, sur une échelle de classe allant de A+ (très faibles émissions à C (fortes émissions).

* En région sismique, si la maison est éligible aux règles PS-MI, il faut vérifier les longueurs des
murs de contreventement en se référant à l’AT fix’bric 16/18-766-V1. Sinon il convient de faire
vérifier et dimensionner par le calcul d’un bureau d’études structure.

MISE EN OEUVRE

fix’bric doit être mise en œuvre exclusivement sur la gamme de briques rectifiées bgv20. Afin d’assurer la planéité et l’horizontalité requises du premier rang de briques, ces dernières sont
montées sur une arase d’assise conformément aux prescriptions du DTU 20.1 relatives aux
maçonneries à joints minces. Les rangs suivants sont montés au fix’bric.

Le collage se fait par la dépose de deux cordons de colle à l’aide du pistolet applicateur.

CARACTÉRISTIQUES TECHNIQUES
La colle est disponible en poches de 600 ml pour une application au pistolet fix’bric. Pour une meilleure ergonomie, il est recommandé d’utiliser un pistolet électrique.
Conditionnement poches 600 ml : 12/carton + 12 embouts.

PRIX CONSEILLÉS HT :
Conditionnement Prix public HT 2020
Poche fix’bric 600 ml 12 u /carton 23,95 € l’unité
Pistolet pour poche fix’bric 600 ml Unité 66,96 € l’unité

fix’bric est vendu chez les négociants en matériaux.

Groupe Bouyer Leroux a finalisé l’achat du Groupe Panaget

Dans le cadre du déploiement de sa stratégie de développement durable de ses activités, le Groupe BOUYER LEROUX a finalisé, aujourd’hui 30 septembre, l’acquisition de 100% des titres de la Société MFP SAS, société holding détenant le Groupe PANAGET qui compte 2 filiales (PANAGET SAS, SAS Chêne de l’Orne) en France ainsi qu’une filiale aux Etats-Unis (PANAGET USA Inc.).

Dans le cadre du déploiement de sa stratégie de développement durable de ses activités, le Groupe BOUYER LEROUX a finalisé, aujourd’hui 30 septembre, l’acquisition de 100% des titres de la Société MFP SAS, société holding détenant le Groupe PANAGET qui compte 2 filiales (PANAGET SAS, SAS Chêne de l’Orne) en France ainsi qu’une filiale aux Etats-Unis (PANAGET USA Inc.).

Originaire de l’ouest de la France, le Groupe PANAGET, leader sur le marché français du parquet contrecollé, dispose de 2 sites industriels (Bourgbarré et Redon-35). Il fabrique et commercialise une large gamme de parquets en chêne d’origine française et de bois mural via des réseaux de négoces, des magasins spécialisés, des GSS et GSB, ainsi que des spécialistes du revêtement de sol. Il emploie 150 collaboratrices et collaborateurs et devrait réaliser un chiffre d’affaires de 28 millions d’euros en 2019 dont près de 20% à l’export.

 

Le Groupe BOUYER LEROUX, N°1 français des matériaux de construction en terre cuite (briques de murs et de cloisons, conduits de cheminée, tuiles et faîtières) et des volets roulants (blocs baies), a pour origine la SCOP Bouyer Leroux qui est la 2ème plus grande SCOP industrielle de France, et est aujourd’hui organisé autour de 4 pôles*. Il poursuit une stratégie de développement durable de ses activités, et ambitionne de porter la part d’énergie non fossile (biomasse, biogaz, photovoltaïque) de 50% à 90% à moyen terme. Il emploie  1350 collaboratrices et collaborateurs, dispose de 23 sites industriels et devrait réaliser un chiffre d’affaires de 320 millions d’euros en 2019 dont environ 5% à l’export.

 

 * la fabrication de matériaux de construction en terre cuite (Société Bouyer Leroux ; 9 usines dédiées à la production des briques et solutions constructives bio’bric et de tuiles Tégula), la fabrication de fermetures et coffres de volets roulants pour l’habitat (Sociétés SPPF, 1 usine ; Fermetures Loire Océan, 1 usine ; SOPROFEN et TBS ; 7 usines dont 2 en Belgique), la fabrication de produits béton (Société Robert  THEBAULT ; 3 usines), la valorisation énergétique (BOUYER LEROUX Environnement ; 2 sites).

 

Cette acquisition s’inscrit parfaitement dans la stratégie de développement équilibré et durable du Groupe BOUYER LEROUX. Elle lui permet de renforcer son offre de solutions éco-performantes, de devenir un acteur majeur de l’économie circulaire, de se développer dans l’aménagement intérieur des bâtiments et de porter la part de la rénovation à 45% de son chiffre d’affaires.

 

Les objectifs du Groupe BOUYER LEROUX sont :

  • de renforcer le leadership de la marque PANAGET sur les marchés des bâtiments résidentiels et non résidentiels en France grâce à la qualité de son offre, et à la prescription auprès des maîtres d’ouvrage et maîtres d’œuvre en synergie avec les sociétés du Groupe BOUYER LEROUX ;
  • d’accélérer le développement à l’international du Groupe PANAGET ;
  • d’enrichir les gammes de produits et de services grâce à la collaboration des équipes marketing, R&D, logistiques et informatiques des différentes sociétés du groupe en France et en Europe ;
  • de poursuivre la modernisation des outils de production engagée par le Groupe PANAGET et d’améliorer les processus de fabrication pour garantir la qualité des produits et services, et de répondre aux enjeux futurs en matière de développement durable, de qualité de l’air intérieur ;
  • de garantir l’approvisionnement en matières premières du Groupe PANAGET par une stratégie d’approvisionnement voire d’acquisition de massifs forestiers en lien avec la stratégie de développement durable du Groupe BOUYER LEROUX ;
  • de développer des synergies d’achat et techniques entre les sociétés Bouyer Leroux et Panaget ;
  • de s’appuyer sur le management en place pour consolider la notoriété des marques et la culture d’entreprise pour fédérer autour de valeurs humaines et professionnelles, et favoriser l’engagement des collaboratrices et collaborateurs dans un projet porteur d’avenir pour le Groupe PANAGET.

 

Le Groupe BOUYER LEROUX et le Groupe PANAGET dont les cultures d’entreprises sont proches, se réjouissent de cette opération qui leur permettra d’offrir à leurs clients des solutions globales, originales et performantes, pour la construction et la rénovation de bâtiments résidentiels et non résidentiels éco-performants.

 

Bouyer Leroux lance sa 1ère gamme de bardage, bio’bric façades

Bouyer Leroux

Lancement de sa 1ère gamme de bardage, bio’bric façades.

Bouyer Leroux, N°1 français des matériaux de construction en terre cuite (briques de murs, briques de cloisons, conduits de fumée), confirme sa stratégie de développement durable et équilibré. L’entreprise se lance ainsi dans la fabrication et la commercialisation de bardeaux en terre cuite, traditionnels, émaillés ou pigmentés sous la marque bio’bric façades. « Notre offre autorise une grande liberté architecturale tout en garantissant d’excellentes performances techniques, explique Antoine Cellier, le directeur Marketing. Nous ambitionnons de devenir un acteur de référence sur le marché du bardage. »

Bouyer Leroux, N°1 français des matériaux de construction en terre cuite (briques de murs, briques de cloisons, conduits de fumée), confirme sa stratégie de développement durable et équilibré. L’entreprise se lance ainsi dans la fabrication et la commercialisation de bardeaux en terre cuite, traditionnels, émaillés ou pigmentés sous la marque bio’bric façades. « Notre offre autorise une grande liberté architecturale tout en garantissant d’excellentes performances techniques, explique Antoine Cellier, le directeur Marketing. Nous ambitionnons de devenir un acteur de référence sur le marché du bardage. »

600 000 euros d’investissements pour ce nouveau marché

En  2014, Bouyer Leroux rachetait les filières et le stock de bardage de Woestelandt dans le Nord. En 2015, une unité de production dédiée aux bardeaux a été créée sur le site de la Séguinière : mouleuse et séchoir des produits grandes longueurs ont été réquisitionnés et un nouveau four cellule a été installé.

En parallèle, la R&D a travaillé pendant 5 ans pour mettre au point un produit fiable et de qualité. « Les équipes commerciales sont maintenant formées, le réseau de prescripteurs (architectes,  promoteurs, etc.) se construit petit à petit  et notre Avis Technique a été validé par le CSTB » indique Antoine Cellier. « Nous venons de terminer la livraison d’un très beau chantier de 1000 m2 de bardeaux émaillés blanc à La Courneuve avec le promoteur Nexity. Actuellement, nous livrons l’extension de notre filiale SPPF, à Cholet, qui sera recouverte de bardage pigmenté uni gris anthracite associé à des bardeaux rouge naturel. »

 

Les offres bio’bric façades

2 offres coexistent : une offre standard et une offre créative.

Encadrée par un Avis Technique, l’offre standard propose deux parements avec des hauteurs différentes :

-> Précibric : H. 10 cm et longueurs variant de 10 à 60 cm  – 200 € HT / m² fourni posé en plain carré

-> Précidal : H. 25 cm et longueurs variant de 10 à 60 cm  –  180 € HT / m² fourni posé en plain carré

L’offre créative, comme son nom l’indique, est adaptée pour les créations de bardage en sur-mesure avec un grand choix de profilés, de hauteurs et de longueurs.

Profilés à la demande : à emboîtement, à recouvrement, de une à plusieurs ventelles, carré (30 cm x 30 cm).

Longueur : 10 à 140 cm

Bio’bric façades propose plusieurs solutions pour traiter les angles : en butée, arête en métal, angle en métal.

 

Finition pigmentée

Offre différenciante sur le marché, les bardeaux Bouyer Leroux peuvent être pigmentés pour sortir des finitions plus traditionnelles naturelles et émaillées. Teintés grâce à l’application d’une résine bicomposante, les bardeaux revêtent alors des teintes blanches, des nuances de gris, du bleu, du doré, du phosphorescent ou encore des couleurs dichromatiques à effets.

D’un coût équivalent à l’offre émaillée, le procédé pigmenté permet soit d’obtenir des couleurs très précises (nuancier RAL ou réalisation de couleurs spécifiques pour le chantier) soit de réaliser des effets (doré, métallisé) et de les combiner aux couleurs (par exemple bleu + quartz). En outre, le procédé de pigmentation conserve le grain de la terre cuite apportant aux bardeaux un rendu unique.

Structure bois/métal

Le système de façade ventilée garantit une protection efficace contre l’humidité et les risques de condensation. Sa mise en œuvre est facile.

La structure porteuse comprend une ossature primaire en bois ou en métal complétée par une ossature en liteaux bois ou en profilés métalliques. Le système d’accrochage intégré au parement permet un montage par emboîtement et offre une souplesse de calepinage.

 

 

Un parement naturel, durable et recyclable

Un parement naturel : réalisés à partir d’argile extraite dans les carrières à proximité des usines de Bouyer Leroux, les parements en terre cuite ne requièrent pas d’additifs dans leur procédé de fabrication.

Un parement durable : la terre cuite présente une exceptionnelle durabilité. Le support ne subit ainsi pas de variations dimensionnelles liées aux conditions climatiques. Le parement permet de réaliser des projets à la fois esthétiques et pérennes. Il est résistant aux UV, aux chocs (Q3/Q4) et au gel.

Un parement recyclable : la terre cuite est un matériau inerte, son recyclage est aisé.

Le bardage en terre cuite, une solution 100% naturelle et durable pour la construction et la rénovation énergétique des bâtiments isolés par l’extérieur.

Plus d’infos : www.biobric.com/bardage

Le Groupe BOUYER LEROUX a finalisé l’acquisition de SOPROFEN

Le Groupe BOUYER LEROUX a finalisé, vendredi 12 octobre 2018, l’acquisition de SOPROFEN auprès du Groupe ATRYA, et accède ainsi à une position de leader sur les marchés du volet roulant en France et en Belgique.

SOPROFEN, qui dispose de 9 sites (7 en France ; 2 en Belgique), est l’un des principaux acteurs du marché français du volet roulant résidentiel, de la porte de garage et d’autres équipements d’extérieur. Elle emploie plus de 400 salariés et devrait réaliser un chiffre d’affaires d’environ 120 millions d’euros en 2018.

Les synergies industrielles, en matière de R&D et d’achat, entre les filiales du Groupe BOUYER LEROUX (SPPF, FLO) et SOPROFEN sont nombreuses et leur permettront de relever les défis majeurs de l’innovation, la digitalisation et la compétitivité de l’offre, la transition énergétique.

Grâce à cette acquisition, le Groupe BOUYER LEROUX diversifiera ses clientèles en maintenant une véritable concurrence commerciale entre SPPF, FLO et SOPROFEN, qui resteront des sociétés autonomes sur les plans managériaux, industriels et commerciaux.

À propos du Groupe BOUYER LEROUX

N°1 français des matériaux de construction en terre cuite (briques de murs et de cloisons, conduits de cheminée, tuiles et faîtières),  est organisé autour de 4 pôles*.

2ème SCOP industrielle de France.

Le Groupe s’est développé par croissance organique et croissance externe pour devenir un acteur industriel reconnu pour la qualité et l’originalité de son offre de solutions destinées à la construction, la rénovation et l’amélioration de bâtiments éco-performants.

Avant l’acquisition de SOPROFEN, le Groupe employait 900 collaborateurs et devrait réaliser un chiffre d’affaires d’environ 200 millions d’euros en 2018.

*La fabrication de matériaux de construction en terre cuite (SCOP Bouyer Leroux ; 9 usines), la fabrication de fermetures et coffres de volets roulants pour l‘habitat (Société SPPF et Fermetures Loire Océan), la fabrication de produits béton (Société Robert  THEBAULT ; 3 usines), la valorisation des déchets et la production de biogaz (Bouyer Leroux Environnement).

 

Le Groupe BOUYER LEROUX a remis une offre ferme au Groupe ATRYA pour l’acquisition de sa Division SOPROFEN

Le Groupe BOUYER LEROUX a remis une offre ferme au Groupe ATRYA pour l’acquisition de sa Division SOPROFEN

Dans le cadre du déploiement de sa stratégie de développement équilibré et durable, le Groupe BOUYER LEROUX a remis une offre ferme pour l’acquisition de SOPROFEN, dont la concrétisation ferait de son Pôle Fermetures pour l’habitat un acteur majeur en France et en Belgique.

Dans le cadre du déploiement de sa stratégie de développement équilibré et durable, le Groupe BOUYER LEROUX a remis une offre ferme pour l’acquisition de SOPROFEN, dont la concrétisation ferait de son Pôle Fermetures pour l’habitat un acteur majeur en France et en Belgique.

Cette acquisition permettrait aussi aux Sociétés SPPF et FLO (Fermetures Loire Océan), spécialisées dans la fabrication de coffres de volets roulants et de portes de garage, d’enrichir leurs offres en termes de produits et services.

Les synergies entre ces dernières et SOPROFEN sont nombreuses : gammes complémentaires, innovantes et différenciées, destinées à la construction de logements neufs et à la rénovation, clientèles diversifiées, dispositifs industriels et logistiques performants et complémentaires, potentiel renforcé en matière de recherche et de développement.

La Division SOPROFEN du Groupe ATRYA, qui dispose de 9 sites (7 en France ; 2 en Belgique), est l’un des principaux acteurs du marché français du volet roulant résidentiel, de la porte de garage et d’autres équipements d’extérieur. Elle emploie plus de 400 salariés et devrait réaliser un chiffre d’affaires d’environ 120 millions d’euros en 2018.

Dans un contexte concurrentiel accru, l’intégration de SOPROFEN dotée d’une forte culture de satisfaction du client et de qualité des produits, accroîtrait le potentiel de croissance, d’innovation et la compétitivité du nouvel ensemble.

Néanmoins, chaque entité, SOPROFEN, SPPF, FLO, resterait autonome sur les plans managériaux, industriels et commerciaux et les clients continueraient à être suivis et livrés par leurs fournisseurs actuels.

Le Groupe ATRYA examine actuellement l’offre qui lui a été remise.

Le projet est soumis à la consultation des instances représentatives du personnel ainsi qu’à l’obtention des autorisations administratives requises. Il devrait aboutir dans le courant du 4ème trimestre de l’année 2018.

Bouyer Leroux, réunit 110 professionnels à son Carrefour de l’Innovation à Strasbourg

Bouyer Leroux, réunit 110 professionnels à son Carrefour de l’Innovation à Strasbourg

Bouyer Leroux, n°1 français de la brique de mur, a accueilli plus de 110 professionnels à son Carrefour de l’Innovation à Strasbourg le jeudi 7 juin. Organisé au Biocluster des Haras, ce rendez-vous autour du thème du développement durable a été une réussite. Il traduit l’intérêt croissant porté depuis quelques années par les acteurs de la région à la marque emblématique bio’bric et à la démarche environnementale du bâtiment, au travers de l’expérimentation E+C-.

Bouyer Leroux, n°1 français de la brique de mur, a accueilli plus de 110 professionnels à son Carrefour de l’Innovation à Strasbourg le jeudi 7 juin. Organisé au Biocluster des Haras, ce rendez-vous autour du thème du développement durable a été une réussite. Il traduit l’intérêt croissant porté depuis quelques années par les acteurs de la région à la marque emblématique bio’bric et à la démarche environnementale du bâtiment, au travers de l’expérimentation E+C-.

Rappelons que sur cette thématique, Bouyer Leroux mène une stratégie volontariste qui doit conduire l’entreprise à réduire son empreinte carbone d’ici 2025, en compensant notamment la consommation de ses 9 usines (57 GWh/an) par de l’électricité verte ainsi qu’en ayant recours aux biomasses. Plus largement, la gestion exemplaire des ressources est un des piliers de Bouyer Leroux.

Un temps fort sur les projets durables à Strasbourg

Une table ronde a notamment réuni plusieurs acteurs régionaux du bâtiment et était animée par Antoine Cellier, directeur marketing de Bouyer Leroux. L’occasion d’aborder l’intégration d’une démarche environnementale dans toutes les phases d’un projet à travers un exemple local : le programme en brique EKO² mené par Alcys Promotion (Frank Maire), Illios bureau d’études (Gilles Garnier) et le cabinet K&+ Architecture (Maxime Khalili). Le format de la soirée a permis de mettre en évidence l’étroite collaboration nécessaire entre chaque intervenant pour aboutir à un bâtiment véritablement éco-performant.

Au cours de cette table ronde, Éric Chenderowsky, directeur de l’urbanisme et des territoires de la ville et eurométropole de Strasbourg, a dressé un panorama du marché de l’immobilier alsacien en mettant en lumière les différents projets notamment ceux dans les éco-quartiers.

Une forte implication locale

Cet événement montre à quel point tous les acteurs convergent dans cette démarche de développement durable. En effet, Bouyer Leroux n’a de cesse de sensibiliser ses clients autour de cette problématique et de les inciter à améliorer leurs pratiques.

Promoteurs privés, bailleurs sociaux, entreprises générales, maîtres d’œuvre, architectes, bureaux d’études structures et thermiques, négoces, etc. étaient ensuite invités à se retrouver, échanger et se projeter sur leurs projets à court et moyen terme.

« Le potentiel reste important dans cette région d’excellence pour la construction » conclut Antoine Cellier. Bouyer Leroux affiche plus que jamais sa volonté de garder le cap vers l’Est….

 

1ère maison individuelle labellisée E3-C1 avec la bgv RT 1.2 de Bouyer Leroux

4ème maison individuelle labellisée E3-C1 avec la bgv RT 1.2 de Bouyer Leroux

Agena Constructions livrera sa première maison individuelle labellisée E3-C1 (à Énergie positive et Réduction Carbone) courant du 2nd trimestre 2018. Grâce aux choix des matériels et des matériaux à haute performance qui composeront la maison, à l’orientation et à l’architecture, cette première maison s’inscrit dans le projet d’expérimentation de la future règlementation environnementale. Ce sera la quatrième maison labellisée au niveau National.

Pour la performance énergétique, le constructeur espère atteindre le niveau E3 (sur une échelle croissante de E1 à E4).

Concernant la réduction carbone (échelle de C1 à C2), il devrait atteindre le niveau C1.

La maison se composera de 3 chambres, 1 bureau, 2 salles de bains dont une dans la chambre parentale avec un dressing, 1 cellier et 1 garage de 60 m2.

Descriptif du projet :

  • Maison sur terre plain
  • Elévation des murs extérieurs en briques rectifiées de la marque bio’bric, modèle bgv’RT1.2 (R=1,20 m².K/W), montées au mortier-colle à joints minces.
  • Demi-coffre de volet roulant CVR 27 de la marque bio’bric pour réduire les déperditions d’énergie au droit des ouvertures
  • Charpente fermettes combles perdus
  • Couverture en tuiles terre cuite d’Imerys HP17
  • 37 m² de panneaux photovoltaïques : l’énergie produite sera directement consommée et le surplus revendue à EDF
  • Menuiseries Alu et PVC avec volets roulants électriques
  • Au plafond, laine de verre soufflée R=9 (415 mm)
  • Un doublage périphérique de 120 mm en laine de verre GR30 Isover
  • Système de chauffage air/air T-ONE avec ECS d’Aldes (modèle Aqu’Air)
  • VMC double flux Dee Fly d’Aldes

Des solutions éco-responsables en accord avec les exigences du label E+C-

Les énergies renouvelables avec les 37 m² de panneaux photovoltaïques devraient permettre   d’atteindre le seuil E3 (le niveau énergie 4 étant techniquement inaccessible au vu des surfaces de panneaux photovoltaïques nécessaires sur ce projet). Cette maison atteindra donc le niveau « énergie » maximal possible.

 

La brique bgv’ RT 1.2 a été choisie pour sa très haute performance thermique, permettant ainsi des économies de chauffage et donc moins d’émissions de CO2. L’étude « carbone » s’est, entre autres, appuyée sur une FDES spécifique qui traduit bien les émissions de CO2 propres à la fabrication de la brique et à son utilisation. 34% de l’énergie utilisée pour fabriquer la bgv’RT 1.2 est issue d’énergies renouvelables (biogaz et sciure).

Le test d’infiltrométrie indique un excellent résultat de 0.10 (m3/h)/m2 dû en partie au demi-coffre de volet roulant bio’bric.

Le réseau VMC est aussi testé pour atteindre la classe A.

Lieu : Beuste (64)

Surface : 133 m²

Maitre d’œuvre : AGENA Constructions / Maître d’ouvrage : Mr Tomasi et Mme Laffaire

Durée des travaux : 9 mois

Date de livraison : mai 2018

Coût de la construction : 206 000 € TTC

bio’bric monte en puissance dans ses services digitaux

bio’bric monte en puissance dans ses services digitaux

La documenthèque bio’bric, nouveau service digital de la marque, est opérationnelle depuis cette semaine. Destinée à aider les artisans au quotidien, cette nouvelle solution mobile répond à un réel besoin des clients sur le terrain. Elle vient compléter la panoplie de services digitaux déjà existants depuis plusieurs années. C’est une nouvelle preuve de la volonté de bio’bric de vouloir renforcer sa stratégie digitale auprès de tous ses publics.

La documenthèque bio’bric : une appli utile et pratique sur les chantiers

Depuis cette semaine, la documenthèque bio’bric, développée full responsive, et donc accessible sur tous supports y compris smartphones et tablettes, est opérationnelle. Elle donne accès à l’ensemble de la documentation des produits bio’bric et intègre également les fiches techniques, les FDES ou encore les certifications produits…

L’artisan accède, désormais, à l’ensemble de la documentation commerciale et technique par son téléphone. L’information vient à lui ; régulièrement mise à jour. D’un accès simple et rapide, elle ne nécessite aucune démarche de la part de l’utilisateur.

Autres avantages : pendant un RDV, l’artisan peut envoyer par email des documentations à son client directement depuis l’application. La technologie s’inscrit ainsi au cœur du quotidien de l’entreprise pour gagner en temps et en efficacité.

Enfin, même dans les zones blanches,  l’appli fonctionne…

Le développement de cette application a été réalisé en collaboration avec une entreprise nantaise, Mobi-Apps.

BIM : 1er bilan après un an d’existence

bio’bric a mis à disposition ses briques de la gamme collectif au format BIM sur la plateforme BIM&CO. Accessible depuis un an, bio’bric enregistre des résultats très encourageants qui montrent que l’outil a visiblement séduit les professionnels.

Comment ça marche ?

Il suffit de s’inscrire sur la plateforme en  allant sur l’espace bio’bric, rubrique fabricant. En cliquant sur les briques bio’bric (brique et accessoires) de la gamme « logements collectifs », elles se téléchargent en 3D.

« Avec le BIM, les prescriptions – analyses – contrôles – visualisation sont effectués très tôt dans l’étude d’un projet, permettant, ainsi une conception de meilleure qualité et la détection des problèmes avant la mise en chantier » souligne Eric Vergès, Chef de produit Mur, en ajoutant « on peut vérifier à tout moment que le produit prescrit est le bon puisqu’on télécharge la brique en 3D et ses caractéristiques techniques ».

La démarche digitale bio’bric en 5 étapes

  • Simpli’bric: cet outil permet de quantifier des projets simplement en quelques clics.
  • Configurateur collectif : comme son nom l’évoque, il permet de choisir la solution constructive bio’bric la plus adaptée au projet de collectif selon les contraintes mécanique et incendie.
  • BIM: les briques de la gamme collectif sont téléchargeables en 3D
  • jeconstruis-biobric.com : ce site Internet, simple et pédagogique, accompagne le particulier dans son projet de construction ou d’extension : argumentaire sur les bénéfices de bio’bric, vidéos de présentation. Le site l’oriente aussi, sur simple demande, vers des constructeurs partenaires bio’bric
  • Dernière appli : la documenthèque

Dernières actualités presse !